go
  • fb
  • tw
  • rss
Photos

Journée de l'enfant à Fazenda Rio Grande, 12 octobre 2016 PLUS DE PHOTOS
Contactez la CIAFB
C.I.A.F.B.
8 Allée du Vignoble
51081 Reims Cedex France

Tél : +33 (3) 26 36 44 26

ACCEDER
AU FORMULAIRE DE CONTACT
Derniers commentaires
Aucun commentaires.
Archives Juin 2012 : 4 articles
Les problèmes des enfants au Brésil : enseignement scolaire de base déficient
Selon un rapport de l'Organisation des Nations Unies pour l'Éducation, la Science et la Culture (UNESCO), le niveau scolaire des enfants au Brésil, particulièrement en ce qui concerne les connaissances de base, est encore très bas et préoccupe tous ceux qui s'efforcent d'améliorer les conditions de vie des enfants pauvres. Ce rapport de l'Unesco pointe en particulier les indices d'abandon de la scolarité et ceux de redoublement. Ces chiffres sont éloquents. L'indice de redoublement dans l'enseignement primaire au Brésil est le plus élevé de l'Amérique Latine, atteignant 18,7%, très largement au-dessus de la moyenne mondiale qui est de 2,9%. Beaucoup plus grave est le taux d'abandon de la scolarité dans les premières années de l'enseignement qui non seulement hypothèque l'avenir de l'enfant qui quitte l'école, mais encore vient fragiliser le système...
« Les principaux problèmes sont la corruption, la violence, la santé et l'éducation »
Une enquête d'opinion réalisée par l'Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada (Ipea) portant sur 3.700 personnes révèle les préoccupations des Brésiliens par rapport à leur perception des problèmes qu'ils estiment les plus graves. Au niveau national, la violence, les lacunes du système de santé et la corruption arrivent en tête. Mais selon les groupes sociaux, l'âge, le niveau de revenu et la région, la perception des problèmes diffère. Les personnes âgées sont celles qui accordent le plus d'importance à la violence et à la corruption. Les revenus plus élevés accordent trois fois plus d'importance aux problèmes d'éducation que les personnes ayant les revenus les plus bas. Ceux-ci n'ayant eu qu'un enseignement très médiocre étant enfants tendent à reproduire le même...
Les Favelas et les enfants
Plus d'un milliard d'enfants dans le monde vivent dans les aires urbaines, mais les conditions de vie y sont très différentes selon les régions. Le triste exemple des Favelas au Brésil a été cité dans le récent rapport de l'Unicef « La situation des enfants dans le monde de 2012 : les enfants dans le monde urbain », comme l'un des cas où manquent les conditions nécessaires à une qualité de vie minimale : pas d'accès à l'école ni aux services d'assainissements de base (à commencer par l'accès à l'eau potable) et de santé. La solution à ces problèmes passe à la fois par les politiques publiques et l'action des organisations privées.
(source : Agência Brasil)
Un professeur sur quatre dans l'enseignement de base n'a pas de diplôme supérieur
Environ 25% des professeurs qui travaillent dans les écoles de l'enseignement de base au Brésil (qui inclut le secondaire jusqu'à 17 ans) n'ont pas de diplôme d'enseignement supérieur, n'ayant prolongé leurs études que jusqu'à la fin du secondaire. Ils sont plus de 530.000 dans ce cas, selon les chiffres du Recensement scolaire de 2011, ce qui représente une amélioration puisqu'il y a quatre ans ils représentaient encore 30% du total des enseignants de base. Ces chiffres indiquent entre autres choses que ces personnes se consacrent à l'enseignement comme dernière option professionnelle et que peu choisissent cette profession par vocation en étant bien préparé, les salaires étant bas et les conditions mauvaises. S'il existe bien des programmes pour améliorer la formation de ceux qui sont déjà enseignants par des cours spécialisés...