go
  • fb
  • tw
  • rss
Photos

Journée de l'enfant à Fazenda Rio Grande, 12 octobre 2016 PLUS DE PHOTOS
Contactez la CIAFB
C.I.A.F.B.
8 Allée du Vignoble
51081 Reims Cedex France

Tél : +33 (3) 26 36 44 26

ACCEDER
AU FORMULAIRE DE CONTACT
Derniers commentaires
Aucun commentaires.
Les Cruels Besoins De L'enseignement Pour Les Enfants AuBrésil
Selon un rapport de l’OCDE, le Brésil se classe en 53e position pour la qualité de l’enseignement sur 65 pays analysés par le programme PISA. Malgré un début d’effort financier pour consacrer plus de ressources à l’éducation, les résultats sont décevants et préoccupants, on est loin du compte.

Le Brésil, qui s’élève avec résolution d’une condition de pays du Tiers-monde dans bien des domaines, souffre encore d’un grave manque d’accès à la culture et avant tout d’un enseignement de qualité, à commencer par le primaire.

Les ressources financières employées pour l’enseignement de base au Brésil sont deux fois et demie moindres que celle des pays développés, si l’on compte l’investissement par élève. Pour l’enseignement moyen, la différence est encore plus grande : plus de quatre fois moindre. Cependant, dans l’enseignement supérieur, le Brésil s’approche peu à peu des niveaux des pays développés.

L’argent du gouvernement est souvent mal employé, les professeurs mal formés et les méthodes pédagogiques inefficaces.

Par contre, l’enseignement privé, qui s’occupe d’un élève sur quatre, apporte une aide de qualité indispensable. En effet, si l’on ne prenait en compte que l’enseignement public, le Brésil se classerait en 60e position, derrière le Kazakhstan. Il est donc très important de pouvoir augmenter la part de l’enseignement privé, faute d’améliorer réellement les performances du public.

ensino_02.jpg

L'enseignement des enfants du Brésil est très loin d'atteindre le niveau des pays développés.
Le rôle du privé est essentiel pour leur venir en aide.

Commentaires :
Veuillez entrer votre nom.
Veuillez entrer votre message.