go
  • fb
  • tw
  • rss
Photos

Journée de l'enfant à Fazenda Rio Grande, 12 octobre 2016 PLUS DE PHOTOS
Contactez la CIAFB
C.I.A.F.B.
8 Allée du Vignoble
51081 Reims Cedex France

Tél : +33 (3) 26 36 44 26

ACCEDER
AU FORMULAIRE DE CONTACT
Derniers commentaires
Aucun commentaires.
Un Peu D'histoire : L'explosion Artistique Du BaroqueBrésilien
Ouro Preto est une ville fascinante qui permet à celui qui s'y rend d'effectuer un incroyable voyage dans le temps. Lorsque la brume matinale se détache lentement des montagnes de Minas Gerais qui l'entourent, apparaît alors une cité de style colonial du XVIIIe siècle grimpant le long d'abruptes collines couronnées de merveilleuses églises baroques.

Les œuvres d'art y abondent ; on y trouvera avec surprise non seulement des peintures, mais aussi de la taille sur bois polychrome ou doré, on découvrira les sculptures étonnamment douces de la pierre-savon et toute une architecture civile et religieuse originale et osée.

Depositphotos_12683326.jpg

La ville fut fondée en 1711, s'appelant d'abord Villa Rica. Les premiers aventuriers à la recherche de l'or d'alluvion qu'ils extrayaient de plusieurs cours d'eau étaient arrivés sur les lieux au long des dix ou vingt années précédentes. Elle prit plus tard son nom actuel d'Ouro Preto à cause d'une particularité du minerai précieux de l'endroit qui lui donnait une tonalité plus sombre que d'habitude.

Bien que le cycle de l'or fut relativement court, la ville connut une croissance fulgurante, ayant plus d'habitants en 1750 que Rio de Janeiro, et fut la capitale de l'État de Minas Gerais jusqu'en 1897. L'Empereur du Brésil Dom Pedro II la favorisa tout au long de son règne. Il y fit fonder en 1839 une École de pharmacie, la première d'Amérique Latine, et, en 1876 il chargea le minéralogiste français Claude-Henri Gorceix d'y créer une École des Mines.

Très bien préservée et toujours vivante, elle fut déclarée patrimoine historique et culturel de l'humanité par l'Unesco en 1980.

C'est la patrie de celui qui est probablement le plus grand artiste brésilien, Antonio Francisco Lisboa (1738-1814), connu par son surnom Aleijadinho (le petit infirme) à cause d'une maladie dégénérative qui tordit ses membres et lui fit perdre presque tous ses doigts. Il travailla de longues années en se faisant porter et en attachant ses outils à ses moignons. Il fut à la fois architecte, sculpteur et tailleur sur bois. Métis, il était le fils naturel d'un Portugais et d'une esclave Africaine. Son œuvre abondante et variée que l'on trouve dans toute la ville et dans la région est d'une beauté hors du commun. Il est enterré dans l'une des églises, Notre-Dame de La Conception.

Vivre quelques jours à Ouro Preto permet d'y percevoir ce qu'a pu être la teinture mère du Brésil en tant que nation. À cet endroit s'y forgea en partie son âme comme dans un creuset où se mélangèrent dans ce premier temps les descendants des Portugais se lançant à la découverte d'un Nouveau Monde, les esclaves Africains amenés contre leur gré et les Indigènes rêveurs et inconstants. Ensemble, ils donnèrent naissance, dans une explosion culturelle et artistique époustouflante à ce qui est aujourd'hui une promesse, à peine entrevue, beaucoup plus que le souvenir d'un passé révolu. Celle d'un futur où le merveilleux reviendrait pour consoler les pas hésitants d'une humanité toujours souffrante.

shutterstock_142941994.jpg

Commentaires :
Veuillez entrer votre nom.
Veuillez entrer votre message.